Le manga est-il nécessairement lié à un contexte de production ?

Laurent Pendarias, Adrien Pendarias

Résumé


Le manga est-il nécessairement lié à un contexte de production ? Si ce format s’avère indissociable de son origine, alors il ne peut s’exporter et se réimplanter en France. Nous développons cette thèse en quatre étapes : l’analyse du manga Bakuman comme journal interne de la compagnie Shūeisha, d’après la théorie d’Ikujiro Nonaka, puis la manière dont l’histoire du Japon a façonné celle du manga. Ensuite, nous montrons que le manga en tant qu’objet est né de nécessités techniques et économiques. Enfin en France, les difficultés rencontrées n’établissent pas en droit mais seulement en fait une impossible transposition des modèles — notamment en raison des différentes conceptions de l’art — comme en témoignent certains succès français.

Is manga necessarily determined by its production context? If this kind is inseparable from its origin, then it cannot be exported and reimplanted in France. We develop this thesis in four steps : analysis of the manga Bakuman as internal newsletter of the Shūeisha company, according to the theory of Ikujiro Nonaka, then how Japanese history has shaped manga. Then we show that manga was born as an object of technical and economic requirements. Finally in France, difficulties doesn’t prove an impossible transposition of models — especially the different conceptions of art — because of some french success.

Mots-clés


Manfra, industrie du manga, Shogun mag, Ikujiro Nonaka, savoir tacite, localisation, déterminisme historique.

Texte intégral :

Article




Tous droits réservés (c) 2016 ALTERNATIVE FRANCOPHONE

ISSN : 1916-8470