Manfra et prépublication : équation impossible ?

Bounthavy Suvilay

Résumé


Alors que la BD se consomme essentiellement sous la forme de recueil, plusieurs éditeurs de manga français ont tenté de reproduire les magazines de prépublication permettent aux éditeurs japonais de recruter et tester de jeunes talents, de créer une communauté autour des séries lancées par ce biais. Dans les années 1990, Glénat avait lancé son magazine Kaméha diffusant à la fois des mangas et des projets hybrides qui ne possédaient pas encore l’étiquette « manfra ». Le mensuel n’a pas survécu à la première crise du manga durant le passage aux années 2000. Néanmoins, deux éditeurs autres se sont lancés dans la prépublication de jeunes auteurs français par le biais de leurs revues. Pika Edition a diffusé dans Shônen Collection (30 volumes, 2003-2005) des mangas créés par de jeunes auteurs français. Les séries Dreamland (de Reno Lemaire) et DYS (de Moonkey) sont parues en 2005 sous la forme de chapitre mensuel avant d’être republiées en volume. Malgré l’arrêt du périodique faute de rentabilité, Les Humanoïdes Associés ont lancé leur magazine de prépublication Shogun Mag (2006-2009). Le parti pris était de diffuser des mangas créés par des scénaristes et des auteurs de différents pays. En analysant les différents modèles économiques (en librairie ou en kiosque) et les conditions de production de ces magazines (en coproduction avec le Japon ou non), il s’agit de mettre en lumière les contraintes spécifiques au marché français et les freins au développement du manfra lorsque celui-ci se calque trop sur le système japonais.

Abstract

While BD is essentially consumed as a form of collection, several French manga editors have tried to reproduce the prepublication magazines, which allow Japanese editors to hire and test young talents, and to create a community around the series published through this method. In the 1990s, Glénat had launched his magazine Kaméha, which published simultaneously mangas and “manfra”—a hybrid project that did not have a name at the time. The monthly magazine did not survive the first manga crisis during passage to the year 2000. Nevertheless, two other editors started the prepublication of young French authors through their journals. Pika Edition published mangas created by young French authors in Shônen Collection (30 volumes, 2003-2005). Dreamland Series (by Reno Lemaire) and DYS (by Moonkey) appeared in 2005 as monthly chapters before being published in volumes. Despite the termination of the magazine due to insufficient profit, Les Humanoïdes Associés launched their prepublication magazine Shogun Mag (2006-2009). The decision was to publish the mangas created by scenarists and authors from different countries. While analyzing the different economic models (in the bookstore or in the kiosk) and the conditions of productions of these magazines (coproduced with Japan or not), the purpose is to highlight the specific constraints and obstacles facing the development of manfra in the French market when it is heavily modeled according to the Japanese system.

Mots-clés


presse, manga, édition, économie, coproduction, hybridation

Texte intégral :

article




Tous droits réservés (c) 2016 ALTERNATIVE FRANCOPHONE

ISSN : 1916-8470