Le Dipoula de Sti et Pahé : un Titeuf mal noirci ? Endroits et envers de la Francophonie à travers une bande dessinée franco-gabonaise

Auteurs-es

  • Ludovic Obiang Institut de Recherche en Sciences Humaines

DOI :

https://doi.org/10.29173/af9533

Résumé

L’album Dipoula, paru aux éditions Paquet (2008), représente le fruit d’une collaboration formelle entre un scénariste français (Sti) et un dessinateur gabonais (Pahé). Le personnage éponyme Dipoula endure le double handicap d’être à la fois orphelin et albinos, le premier étant la conséquence du second. Le texte est un florilège des gags que multiplie Dipoula au sein de l’orphelinat à la porte duquel ses parents l’ont abandonné. Du fait que l’album affirme à la fois son engagement idéologique (condamner la stigmatisation de l’albinos) et son enracinement sociologique, l’on pourrait s’interroger sur les stratégies adoptées par les auteurs pour construire le vraisemblable et se rallier ainsi l’adhésion du public. L’enjeu consiste à examiner la pertinence pour un auteur français de restituer une société gabonaise qu’il ne connaît que superficiellement. L’on finirait ainsi par s’interroger sur le lectorat visé et sur les motivations inavouées des partenaires (scénaristes, dessinateur et éditeurs). Mais plus largement, cette production n’est-elle pas la preuve qu’un rapport déséquilibré entre les forces en présence nuira toujours à l’idéal de partage et de dialogue cher à la Francophonie ?

Biographie de l'auteur-e

Ludovic Obiang, Institut de Recherche en Sciences Humaines

Assistant professor French Modern Languages and Cultural Studies University of Alberta

Téléchargements

Publié-e

2011-01-07