ALTERNATIVE FRANCOPHONE

Le propos d'Alternative francophone est de repenser la notion de francophonie selon les axes suivants : 1) envisager le français comme langue mineure plutôt que comme langue universelle ou langue d'exception, 2) promouvoir les échanges entre toutes les francophonies, 3) théoriser un postcolonialisme francophone, 4) explorer la diversité des configurations culturelles et identitaires produites dans le contexte francophone, 5) mettre en oeuvre une francophonie de résistance contre les totalitarismes linguistiques et culturels quels qu'ils soient.

Le journal Alternative Francophone est indexé dans plusieurs bases de données dont le MLA, DOAJ, EBSCOhost ainsi que dans plusieurs autres bases universitaires européennes et nord-américaines de recherche en sciences humaines,ce qui assure au journal une visibilité internationale.

_______________________________________________

Alternative Francophone endeavours to rethink the concept of francophonie according to the following principles: 1) to envision French as a minor language as opposed to a universal or an exceptional language; 2) to promote fruitful exchanges between francophonies; 3) to develop a francophone postcolonialism; 4) to explore the many cultural and identity configurations produced in the francophone context; 5) to implement a francophonie of resistance in reaction to linguistic and cultural totalitarianisms of any kind

Alternative francophone is indexed in various academic databases including the MLA, DOAJ, EBSCOhost and several European and North American scholarly databases, which ensures an international visibility.

ISSN : 1916-8470

Annonces

 

Appel a contribution: Médiations de l’antiracisme dans la littérature et les arts Discours, représentations, pratiques

 
Les études qui théorisent le racisme et l’antiracisme dans le contexte français notamment ont montré les diverses frontières et déplacements sociohistoriques de ces notions dans le discours social, dans les mouvements idéologiques, tant dans la sphère militante qu’au niveau de l’institution gouvernementale. On peut définir le racisme comme une « croyance en l’hétérogénéité absolue de l’autre [qui] se manifeste […] principalement par l’affirmation (implicite ou explicite) de l’essence de l’autre [ou encore une croyance qui] tend à conserver la différence de l’autre en tant que groupe tout en niant la surgence de l’individu au sein du groupe.» (Guillaumin 2002 [1972], 112) L’antiracisme, quant à lui, peut être caractérisé par le fait qu’il réagit au racisme et interagit avec lui. À l’aune de cette dernière et étroite balise définitoire, l’antiracisme se trouve l’objet de divers faisceaux critiques.  
Publié: 2018-06-10 Plus...
 
Encore plus d'annonces...

Vol. 2, No 3 (2018): Françoise Lalande-Keil ou la Musique du monde


Page couverture
Les Keil, une famille ardennaise, entre réalité et fiction.