Peine perdue : Traduction, deuil, et humanisme dans Nox d’Anne Carson

Marc-Alexandre Reinhardt

Abstract


"La traduction d’un poème de Catulle (#101), une élégie rédigée en l’honneur de son frère défunt, joue un rôle essentiel dans la réalisation d’un tel partage. La traduction entretient ici un lien intime avec la tâche du deuil. Dans cette œuvre de Carson, le geste de traduire informe l’écriture du deuil, le rend possible, comme si la dépossession de sa propre langue performait la perte de soi dans le travail, à la fois nécessaire et impossible, du deuil. Nox inscrit donc le déploiement—matériel et temporel—de ce travail du deuil à travers le dispositif d’écriture de la traduction. En abordant ce trouble à partir de sa texture affective, l’expérience littéraire du deuil poursuit certaines voies ouvertes par la psychanalyse, notamment dans l’article phare de Freud, « Deuil et mélancolie » (1986)."

Full Text:

PDF