« Nous tournoyons dans la nuit et nous voilà consumés par son feu » : portraits littéraires du terroriste en rejeton du spectacle.

Justine Huppe

Résumé


Depuis le début du XXIe siècle, la démocratisation d’Internet et de ses relais (téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs portables) a rebattu les cartes du paysage médiatique, augmentant le nombre de producteurs et de récepteurs d’informations. Les images et vidéos ont ainsi acquis un spectre d’action élargi, bien que fortement concurrencé. Les terroristes l’ont bien compris qui, pour se faire entendre et propager leur message, adoptent des codes visuels et scénaristiques aussi violents que spectaculaires.

Dans ce contexte, un certain nombre de romans s’attèlent à mettre en lumière les relations entre le terrorisme et les médias, entre la violence des attentats et le monde – financier, culturel, médiatique – qu’ils prétendent abattre. Notre contribution s’attache à décrire cette dénonciation du capitalisme en établissant sa dette envers le concept debordien de « spectacle » : le capitalisme déréalise les expériences et récupère la critique, de sorte que même dans l’extériorité qu’elle tente de se ménager, la contestation terroriste hérite de ses logiques et modes de fonctionnement. Les krachs et les bombes semblent donc brûler du même feu, prétexte à détourner le dernier film de Debord (In girum imus nocte et consumimur igni, 1978) dans notre titre. En déplaçant certaines des thèses de Guy Debord sur le terrain de la fiction, il semble que le roman contemporain se les réapproprie, rendant toute son actualité à la pensée du situationniste.

Abstract

Since the beginning of the 21st century, the democratisation of the Internet and its relays (smart phones, tablets, laptops) has reshuffled the media landscape, increasing the information producers and the number of receptors. The images and videos have thus acquired an enlarged action spectrum, despite being challenged. The terrorists have understood it quite well. They have made themselves heard and have spread their message, adopted visual and storyline codes which are as violent as they are spectacular.
In this context, a certain number of novels get down to enlighten the relations between terrorism and media, between the violence of the attacks violence and the (financial, cultural, media) world that they pretend to destabilize. Our article seeks to describe these denunciations of capitalism by establishing the connections with Debord's concept of “spectacle”. Capitalism makes the experiences unreal and takes advantage of criticism for itself so that even in the exteriority that it tries to create, the terrorists' contestation inherits its logics and functioning modes. The stock market crashes and the bombs seem just as explosive. This provides a pretext to twist Debord’s last movie (In girum imus nocte et consumimur igni, 1978) in our title. By shifting some of Debord’s thesis on the ground of fiction, it seems that the contemporary novel is reclaiming them, giving all its actuality to the situationist’s thinking.

Mots-clés


spectacle;terrorisme;Guy Debord;médias de masse;communauté;contrôle

Texte intégral :

article




Tous droits réservés (c) 2017 Justine Huppe

ISSN : 1916-8470