Journalisme, fiction et terrorisme. Les Chemins inutiles de Saïd Oussad et la tragédie algérienne

Mohammed Yefsah

Résumé


Les Chemins inutiles de Saïd Oussad est une immersion dans le contexte tragique des années de terrorisme en Algérie. Écrit longtemps après la « décennie noire », ce roman pose la problématique de la frontière parfois poreuse entre le factuel et la fiction, entre l’écriture journalistique et l’écriture romanesque. Jouant de nombreuses analepses et prolepses, il invite à une réflexion sur le lien entre le passé et le présent ainsi que sur les traces de ces événements vécus dans l’isolement et la solitude. Sondant le trauma refoulé sur le plan du politique et du sensible, il questionne les mécanismes psychologiques de défense des individus en situation de terreur.

Abstract

Les Chemins inutiles, by Saïd Oussad, immerses the reader in the tragedy of the years of terrorism in Algeria. Written long after the “Black Decade”, this novel raises the issue of the sometimes porous boundary between fact and fiction, between journalism and novel-writing. Using numerous analepses and prolepses, the author prompts reflection on the connections between past and present and the after-effects of events experienced in lonely isolation. Probing the associated political and emotional trauma, he questions the psychological defence mechanisms individuals use to cope with terror.

Mots-clés


Saïd Oussad; Algérie; littérature; journalisme; terrorisme; roman; image; « décennie noire ».

Texte intégral :

article




Tous droits réservés (c) 2017 Mohammed Yefsah

ISSN : 1916-8470