Radical Animism and the Geontological: An Ecocritical Reading of Patrick Chamoiseau's Le vieil homme esclave et le molosse

Auteurs-es

  • James Boucher Rutgers University-Camden

DOI :

https://doi.org/10.29173/af29380

Résumé

Le roman Le vieil homme esclave et le molosse par Patrick Chamoiseau est un récit complexe qui aborde à la fois l’humain, le non-humain et l’écologie sur l’île de Martinique. Outre l’exploration des perspectives humaines différentes, les subjectivités non-humaines qui comprennent l’animal, le végétal et l’inanimé constituent une ontologie animiste qui sert de socle pour une vision écologique cohérente. Le texte de Chamoiseau examine les liens entre les histoires humaines du passé au présent, du colonialisme des blancs (békés), de la diaspora africaine jusqu’au génocide des Amérindiens avec une approche basée sur l’assemblage. En plus des apports théoriques sur l’animisme et l’indigène, ma lecture écocritique du roman s’appuie sur le concept conçu par Elizabeth Povinelli, à savoir la géontologie qui se focalise sur l’agentivité du non-humain. 

Biographie de l'auteur-e

James Boucher, Rutgers University-Camden

Assistant Professor of French Department of World Languages and Cultures

Téléchargements

Publié-e

2019-02-14